brad pitt 2019

Once upon a time in Hollywood, Ad Astra : fraîchement divorcé, le beau gosse américain assure sa cinquantaine et sa filmographie en nous étonnant par deux prestations remarquables cette année. Entre prestance et performance.

Héros chez Tarantino

Satire, critique soft de la machine à rêves qu’est l’industrie du cinéma américain, Quentin Tarantino livre une belle histoire d’amitié. En effet, dans ce rapport star/doublure, celui qui doute est Di Caprio (formidable en alcoolique bègue) qui est constamment rassuré par Pitt. Véritable homme à tout faire, il se montre à l’aise dans toute situation (face aux hippies), voire trop à l’aise (avec Bruce Lee…). Son charisme et son aura suffisent à illuminer les scènes, complémenté de son côté détendu et souriant, malgré sa situation personnelle précaire. Il est donc logique d’être le sauveur à la fin du film… D’autant qu’il est au départ du danger…

Introspectif chez James Gray

Film de science-fiction anxiogène, épuré et intimiste, Brad Pitt s’essaye pour la première fois au rôle de composition. En effet, l’acteur est quasiment esseulé tout au long de son voyage spatial, quoique la voix off n’était pas nécessaire pour accentuer sa situation. D’autant que les séquences d’action sont pourtant très explicites pour évaluer le sentiment d’intériorité. Que ce soit la séquence de western sur la Lune ou celle avec le singe carnivore dans la navette spatiale, le personnage est toujours face à soi-même. Il réagit toujours rapidement mais avec le plus grand des calmes, un calme neurasthénique. De plus, son maquillage le montre épuisé (les cernes de l’alcoolique) et appuie sa mélancolie. Une rencontre réussie entre l’acteur et le plus européen des réalisateurs américains, donnant lieu à un formalisme sobre, entre ombre et lumière de l’espace, des étoiles et des planètes.

Course à l’Oscar ?

Étrangement, tout comme Robert Downey Jr, Brad Pitt a décidé de ne pas faire campagne pour les Oscars de 2020. Tout comme Iron Man, il semble avoir passé l’âge de courir après les récompenses. Puis, sa filmographie parle pour lui, il est au top depuis près de 25 ans. Seuls Leonardo Di Caprio, Matt Damon et Meryl Streep sont à ce niveau, les autres sont devenus has been (George Clooney, Julia Roberts, Johnny Depp…). De plus, il semble se bonifier avec l’âge comme le bon vin. Alors, est-il l’acteur de l’année ?

Popo Kitano

Crédits Photographies : Sony Pictures et Twentieth Century Fox France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *