trône de football

Dimanche s’est finie la Copa America et la coupe du du monde féminine de football. Hier, c’étaient les derniers huitièmes de finale de la Coupe d’Afrique des Nations. Pour la première fois, cette compétition se déroule en été, en ressortira-t-elle grandie et plus visible ?

Eldorado « caliente »

Le Brésil, après avoir organisé la coupe du monde en 2014, les Jeux Olympiques en 2016, voilà que le pays organise la Copa America. Sauf qu’entre-temps, un ancien militaire sympathisant d’extrême-droite, est élu : Jaïr Bolsonaro. Cela permet à l’éternel adversaire argentin, en la personne de Messi, de suspecter de la corruption arbitrale tout au long de la compétition. En effet, éliminé par le Brésil en demie-finale et finir la compétition sur un carton rouge, il y a de quoi être en colère… Mais d’un autre côté, lors de la victoire finale du Brésil, le président hué par tout le stade, réussit néanmoins sa sortie médiatique entouré des joueurs brésiliens pour la célébration du titre. Même Marquinhos, joueur du Paris Saint-Germain, doit répondre médiatiquement qu’il a bien serré la main du chef d’État et qu’il en est tout à fait logique. Cela fait malheureusement fait oublié l’excellent parcours du Pérou (présent dans le groupe de la France à la coupe du monde 2018) et met mal à l’aise une partie du monde du football européen, quand les championnes du monde américaines disent, telle une seule et unique femme, qu’elles ne veulent rien à voir avec Donald Trump… Après quand on se rend compte que la zone sud-américaine compte fondamentalement 10 pays et qu’on en invite 2 sélections extérieures pour faire la Copa America, un tournoi par conséquent à 12 équipes, cela confirme pourquoi il y a une prédominance de la « Seleçao » (Brésil), de l' »Albiceleste » (Argentine), de la « Celeste » (Uruguay), de la « Roja » (le Chili, l’Espagne est la « Furia Roja ») et des « Cafeteros » (Colombie). Et pourquoi cette année, il y aurait pu avoir un boycott…

trônde de football

 

Les animaux fantastiques

Organisé par les « Pharaons » (Egypte) avec leur star Mohammed Salah, meilleur équipe du premier tour, ils sont victimes de la surprise sud-africaine et éliminé en huitièmes de finale. de manière générale, le pays hôte ne gagne jamais la C.A.N, cela ne les a pas empêché d’être des favoris, avec les « Fennecs » (l’Algérie) qui sont définitivement l’équipe la plus dynamique et attractive. Mais il y avait aussi les « Lions de l’Atlas » (le Maroc) du sorcier blanc Hervé Renard (deux fois vainqueur de la compétition, d’abord la Zambie puis la Côte d’Ivoire), surpris par les « Ecureuils » (le Bénin). Il y a une surprise à relativiser néanmoins, ce sont les « Lions Indomptables » dirigés par Clarence Seedorf, secondé par Kluivert (Samuel Eto’o a le bras long…) éliminés par les « Super Eagles » (le Nigéria). Mais la véritable surprise, ce sont les « Bareas » (« zébus » en malgache) arrivant en quart de finale pour leur première participation. Comme l’Islande à l’Euro 2016 ? Avec un peu plus de jeu, mais attention aux « Aigles de Carthage » (la Tunisie)… Quant aux « Lions de la Teranga » (le Sénégal), c’est l’objectif pour que Sadio Mané puisse prétendre au ballon d’or. Pour un premier tour mitigé, les huitièmes de finale permettent de monter en puissance. À côté de cela, un engouement dans la banlieue parisienne, des dizaines de C.A.N organisées, invitant de temps à autre la Turquie. Une bonne ambiance, fraternelle et chaleureuse, contrastant avec les nombreux conflits de l’édition pécédente (racisme…), cela a du bon de faire la C.A.N l’été et faire oublier l’été dernier…

trône de football

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Equipe-type

Pour finir, il faut reconnaître la logique de la victoire américaine à la coupe du monde féminine, elles avaient de la marge mais sans être forcément efficaces à tous les coups. L’équipe néerlandaise pêche encore de jeunesse, cela se sentait déjà en demie-finale contre la Suède. Le meilleur match fût la demie-finale Angleterre – États-Unis, les deux meilleures équipes du tournoi, mais l’équipe -type de cette compétition concerne d’autres sélections :

trône de football

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une remplaçante par ligne : A. Majri (Fra), S. Mewis (Usa), A. Morgan (Usa)

Popo Kitano

Crédits Photographies : Droits Réservés.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *